October 18, 2019

Frères d’Italie?

FrtelliDItalia

Ferruccio De Bortoli est assez connu en France, et j ai lu il y a quelque jour un dépêche de France Info ou le directeur du Corriere della Sera disait que les Italiens ont vécu weekend le plus « palpitant » de l’histoire républicaine moderne (ou quelque chose de similaire). Quelque jours auparavant pendant un émission telé dédié à la crise politique, il n’avait pas caché son amertume pour les commentaires qui devait écouter de la part des ses camarades étrangers (commentaires que l’Italie n’aurait du mériter, mais qui dans le fond sont, hélas, vrais, ce qui fait encore plus du mal).

Personne peut comprendre l’amertume de De Bortoli plus que un italien qui habite à l’étranger.  Je crois que ce qui manque aujourd’hui à nos dirigeants politiques soit la capacité de se voir du point de vue des qui vit dehors l’Italie, Italie qui n’est que une région de l’Europe qui la contient (heureusement !)

On comprend ça de certains petits indices  (voire l’exploits en anglais « trapattonien » de Ignazio La Russa , le ministre des affaires étrangers ) mais on pourrait citer des gaffes bien plus lourds du point de vue de l’impact sur la politique international.

Le Gouvernement en Italie tombe car un certains nombres des députées de la majorité sont passé à l’opposition, à cause aussi (mais pas seulement à mon avis) d’un énorme pression de l’Europe, dont on fait partie, et je ne crois pas qu ils l’ont fait pour un nouvel esprit de responsabilité notionnel (qui n’ont jamais eu ayant voté pour la plupart de leur mandat des lois collés sur mesure pour le Premier ministre démissionnaire) mais peut être pour peur, peur de qui ne comprend pas comme la situation a pu précipiter dans les dernières trois mois – ce qui n est pas vrais car les  sonnettes d’alarme sonnent depuis des années.

On verra.

Aux français, aux anglais, aux américains qui regardent l’Italie en se basant sur le news reporté de leur journal télé nationaux je suggère la prudence en ce moment, et je leur rappelle que comme Berlusconi est un italien, aussi le président de la République ou bien le futur ministre du Conseil le sont aussi. Tous faces de la même pièce d’ un pays comme l Italie plein de contradictions mais, comme disait Benigni il y a quelque jour en face du Parlement Européenne, magnifique et, pas seulement notre fierté mais un Pays dont l’Europe a un terrible besoin.

COMMENTA/COMMENTER

*


*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.